Billetnet, vente et réservation de billet en ligne

Billetnet.fr, les meilleurs plans sorties dans
toute la France, nettement moins chers !

Advertisement
Vendredi 18 Octobre 2019
Accueil
Apollinaire, mes amours

Apollinaire, mes amours

Théâtre Darius Milhaud, Paris

Flânerie poétique, théâtrale et musicale au long des années 14-18, dans l’œuvre et la vie de Guillaume Apollinaire.

L’Orchestre et les chœurs de ma bouche te diront mon amour.

Parler d'amour. Envie d'amour même quand la guerre gronde. Besoin d'amour même - et surtout ? - quand sa propre vie est en danger.
Telles furent les obsessions de Guillaume Apollinaire au travers des poèmes et lettres qu'il écrivit au coeur des tranchées, de 1914 à sa mort en 1918. Dans un compartiment de train, ces lettres et poèmes livrés par Christian Sterne avec la musique de Pascal Ducourtioux, invitent les spectateurs à un voyage... amoureux.

Avec Christian Sterne et Pascal Ducourtioux
Suggérer par mail


Bookmark and Share

Fiche

Archivé


Informations:
Artiste(s):
Christian Sterne et Pascal Ducourtioux

Auteur(s):
Guillaume Apollinaire

Mise en scène:
Christian Sterne

Durée:
1h10

Type de public:
Tout public

Site web:

Age mini:
12 ans

Langue:
Français

Lieu :
Théâtre Darius Milhaud
80 allée Darius Milhaud
75019
Paris, France

Localiser le lieu
Á l'affiche
 
Presse:
Un diptyque inspiré par Guillaume Apollinaire et mis en scène par Christian Sterne, autour des Lettres à Lou et Madeleine, des Poèmes à Lou et des Calligrammes.
Curieux contraste : Apollinaire s’engage dans les troupes françaises et part au front en 1915 (ce qui lui permettra d’être naturalisé), mais pour autant rien ne peut chasser sa nature de grand amoureux. Et non seulement il éprouve ardemment le sentiment et le désir de l’amour, mais il le formule aussi de manière limpide et superbe. Marie, Lou, Madeleine, Jacqueline… furent ses muses transmuant le réel et exaltant la passion. Blessé à la tempe en 1916, il reviendra avant la fin de la guerre. Même en des temps douloureux, Guillaume s’adresse longuement à Lou et Madeleine. « Et tes cheveux sont fauves comme le feu d’un obusqui éclate au nord » à Lou. « O hanches si blanches » à Madeleine, rencontrée dans le train entre Nice et Marseille. C’est dans un compartiment de train qu’a lieu le premier volet du diptyque, L’orchestre et les chœurs de ma bouche te diront mon amour, voyage polyphonique avec deux voyageurs. L’un, conteur, exprime la mélodie du verbe (Christian Sterne, interprète et metteur en scène), l’autre, musicien compositeur, celle d’une création musicale au fil des mots (Pascal Ducourtioux). Pierre Garin choisit la période de la grande guerre, des Lettres à Lou et Madeleine, dans son adaptation. Le second volet, Nos cœurs pendent ensemble au même grenadier, d’une tonalité plus érotique et nocturne, laisse une impression d’éphémère, de fragilité, de liberté et de sensualité. Des flâneries poétiques et musicales dans l’œuvre et la vie du poète…
Agnès Santi / LA TERRASSE
 

Critiques


0 critique(s)

aucune critique





Billetnet Liens relatifs

Revenir en haut de page
BilletNet dans votre langue